Lutte Contre les Nuisibles

Dératisation

Le terme général de dératisation concerne aussi, en plus des rats,
les souris, les mulots, les loirs, les lérots et les campagnols

Analyse

Pour obtenir les meilleurs résultats contre les rats, il est important de procéder par étapes :

  • procéder à un état des lieu pour diagnostiquer le problème de façon personnalisée

  • établir un plan d’actions
    éliminer les rongeurs par différents moyens : appâts, composés ingérables toxiques…

  • supprimer les moyens d’accès des souris et rats aux espaces à protéger (installation de grilles, bouchage des trous…)

  • revenir procéder à un contrôle, et adaptation de l’intervention en fonction de la situation.

Les risques

Les rongeurs représentent une menace pour l’hygiène et la santé. Les rats véhiculent diverses maladies graves : typhus, peste, rage, salmonellose ou leptospirose.

Ces germes, le rat les transmet en rongeant et en souillant par son passage, mais aussi par l’intermédiaire des puces et des poux qui ont élu domicile dans sa fourrure.

Durant sa vie, le rat est très prolifique (un couple de rats peut avoir jusqu’à 250 000 descendants en 3 ans).

On a établi qu’un rat dévore chaque jour un tiers de son poids en nourriture, soit plus de 35 kg par an mais il souille 3 à 4 fois plus. D’autre part, le rat comme le lapin, doit user ses incisives : il ronge tout, provoquant des courts-circuits, des incendies, des fuites ou même des explosions.

La souris pour sa part, n’est pas moins redoutable, puisque proportionnellement à son poids. Elle cause dix à vingt fois plus de ravage que le rat en nourriture et dégâts matériels.

Action préventive

  1. Supprimer les sources alimentaires, stocker les denrées proprement au dessus du sol et à distance des murs. Balayer et éliminer tous les déchets alimentaires, éliminer les points d’eau.
  2. Réduire les lieux de refuge, éliminer tout abri pour les rongeurs à proximité des bâtiments, tenir l’herbe rase autour des bâtiments, élaguer arbres et arbustes à bonne hauteur du sol.
  3. Interdire l’accès au bâtiment, vérifier portes et fenêtres, contrôler les trous dans les murs, mettre des grilles et tampons d’égouts.

Action curative

  1. Assurer leur destruction avec des appâts adaptés, utiliser des produits adaptés à chaque type de rongeurs, utiliser des appâts très élaborés pour les attirer, utiliser des raticides qui contiennent des anticoagulants de dernières générations alliant efficacité et sécurité (vitamine KI).
    J’utilise les rodonticides les plus élaborés contenant pour certains des substances amères comme le « LE BITREX » pour éviter les risques d’intoxication accidentelle.
  2. Afin de disposer des appâts anticoagulant en toute sécurité. Tous les appâts usagés et souillés sont systématiquement changés à chaque passage.

Tout savoir sur le rat

Les rats se sont adaptés et développés dans nos zones urbaines, péri urbaine et agricoles
Les déplacements humains ont contribué à diffuser les rats sur toutes les terres de notre planète

Les deux espèces de RATS les plus communes en France

Le Rat Noir ou Rat des greniers ou Rattus Rattus
Le Rat Noir ou Rat des greniers ou Rattus Rattus
Le Rat brun ou Surmulot ou Rattus Norvegicus
Le Rat brun ou Surmulot ou Rattus Norvegicus
Comparaison rat noir rat brun

Le rat possède 16 dents : 6 molaires inférieures, 6 molaires supérieures, 2 incisives inférieures et 2 incisives supérieures. Les incisives inférieures sont beaucoup plus longues que les supérieures, les incisives du rat poussent en permanence. La formule dentaire est la même que celle des autres rongeurs. La mâchoire du rat brun est extrêmement puissante. Elle s’articule dans un mouvement d’avant en arrière et réciproquement, et est animée de petits mouvements latéraux

Les deux espèces du genre Rattus les plus connues et les plus répandues sont le rat brun (Rattus norvegicus) et le rat noir (Rattus rattus). Le rat polynésien (Rattus exulans) est la troisième espèce du genre Rattus la plus répandue au monde. Les deux premières sont commensales de l’Homme et se sont adaptées et développées dans l’environnement des sociétés humaines. Les déplacements des Hommes ont contribué à diffuser ces rats sur de nombreux continents et notamment dans de grands ports côtiers pour le Rattus norvegicus. Ce sont ces deux espèces que l’on appelle le plus couramment « rat » en Europe et en Amérique du Nord.

Les trois espèces ont plusieurs différences morphologiques. Le rat brun est le plus grand et le plus lourd des trois. À l’inverse, le rat polynésien est le plus petit et le plus léger. Alors que chez le rat brun la queue est plus courte que le corps, elle est plus longue que le corps chez le rat noir et d’à peu près même longueur chez le rat polynésien, chez qui elle peut être plus courte ou plus longue. Le pelage des Rattus norvegicus et Rattus exulans est brun sur le dos. Le pelage du Rattus rattus est plus foncé, il va d’une teinte noire à noisette sur le dos.

Historiquement arrivé en Europe au XVIIIe siècle en provenance d’Asie via les bateaux marchands, le rat brun (ou surmulot) a quasiment décimé son cousin germain le rat noir (moins grand, moins gros, moins précoce et moins prolifique) qui avait amené la peste bubonique au XIIe siècle.

Depuis, le rat noir ne se trouve presque plus que dans les champs, d’où son surnom. Il est aussi appelé rat des greniers. En effet, si le rat brun apprécie les caves et l’humidité, le rat noir les fuit. Très agile, il apprécie les greniers et les hauteurs des édifices. De même, le rat noir préfère les biotopes secs à température moyenne alors que le rat brun aime tous les biotopes pourvu que des points d’eau soient présents. Si le rat brun est plutôt bon nageur, le rat noir est, quant à lui, bon grimpeur.

Source : Article Rattus de Wikipédia en français (auteurs)

Demandez un rendez-vous